Pour la jeune fille, se préparer à aimer, c’est habituer son cœur à toutes les délicatesses du dévouement. Ce n’est pas apprendre à aimer que de provoquer et de troubler le sexe fort par tous les jeux de la coquetterie ; multiplier, par le flirt, les fausses émotions de la sensibilité : rêver à des passions amoureuses irréalisables. 

Le cœur ne vit que par le don de soi. Or pour apprendre à se donner, la jeune fille devra s’exercer au dévouement sous toutes ses formes. Celle qui n’aura pas su s’oublier au cours de son adolescence, ne saura pas s’oublier dans la vie familiale.