Ce n’est pas, pour un jeune homme, se préparer à aimer que de multiplier les plaisirs sensuels au cours de son adolescence. Ces faux plaisirs que l’on prétend justifier par l’odieux proverbe : « il faut que jeunesse se passe », développent des habitudes de jouissance égoïste et sans responsabilité qui auront pour résultat de diminuer le respect dû à la femme et à soi-même. En donnant libre cours aux instincts inférieurs, les adolescents diminuent d’autant les délicatesses du cœur et les pouvoirs de la volonté.

Se préparer à aimer, c’est apprendre à se respecter soi-même et à se faire respecter par l’autre sexe ; c’est forger sa volonté en vue des obligations futures ; c’est aimer par avance celle qui est encore inconnue, par une fidélité anticipée ; c’est conquérir les qualités de courage, de loyauté, de maîtrise de soi et de dévouement sur lesquelles s’appuiera un jour le cœur de la femme.