Mais que les époux ne se laissent pas tenter par une sorte d’égoïsme à trois, goûter les joies de la paternité mais les réduire au minimum. L’amour dès lors se replierait sur lui-même et se dépouillerait de la vie spirituelle vers laquelle il tend.