Ensemble le père et la mère se sentent liés par une responsabilité immense, la protection et l’éducation du petit être sans force et sans lumière qui leur est confié. Tous deux se sentent appelés à le rendre aussi parfait que possible. Ils savent que l’enfant se nourrira des exemples qu’il aura sous les yeux et cette perspective les oblige à se perfectionner eux-mêmes.

Ils ont à former un cœur et une intelligence d’homme et de chrétien, et pour ce faire, ils ne vivront plus leur vie morale pour eux-mêmes, mais pour parfaire celle dont ils ont maintenant la responsabilité.