Si les premières joies de l’amour peuvent donner l’illusion d’un amour total et définitif, les réalités de la vie en commun ont tôt fait de faire apparaître des divergences de caractère et d’éducation, des habitudes et des défauts qui gênent l’harmonie conjugale et prouvent qu’il faudra le plus souvent de longs et pénibles efforts d’adaptation pour réaliser la fusion des personnes morales et faire passer l’amour des régions superficielles de la sensibilité jusqu’aux profondeurs de l’âme et de la volonté.