Ceux qui s’arrêtent aux joies de l’amour sans en accepter les obligations morales, les verront peu à peu s’évanouir et laisser au cœur un goût d’amertume et d’insuffisance. L’amour ne grandit et ne satisfait les aspirations intimes du cœur qu’autant qu’il est le soutien des efforts que doivent faire quotidiennement les époux pour se corriger de leurs défauts, se mieux adapter l’un à l’autre, se dévouer ensemble à leur vocation familiale.