La bonne entente ne peut subsister sans la confiance, laquelle implique que les époux auront l’un vis-à-vis de l’autre la plus entière franchise. La défiance mutuelle tue l’épanouissement des sentiments et pour l’éviter, il faut que la vie de chacun des époux puisse être étalée au grand jour. S’ils se dissimulent leurs démarches, leurs relations, l’emploi de l’argent et en général ce qui constitue la trame de l’existence quotidienne, ils préparent inconsciemment la séparation des vies et par conséquent des cœurs. Encore faut-il que la vie conjugale ne supprime pas les libertés et les indépendances nécessaires.