Encore que le père soit constitué, par Dieu, chef suprême de la famille, son autorité n’est moralement légitime qu’autant qu’elle s’exerce selon les lois de la morale et pour le bien commun des membres de la société familiale.

Il est responsable devant Dieu des abus qu’il pourrait commettre à ce sujet.