Si les qualités masculines confèrent au mari la primauté du commandement ; les qualités féminines confèrent à la femme la primauté de l’amour.

L’amour tempère ce que le commandement pourrait avoir d’excessif et le commandement tempère les faiblesses possibles du sentiment.