Mais si la bonne entente exige avant tout la compréhension mutuelle, il est des harmonies secondaires qu’il serait dangereux de négliger. La différence du milieu social, de l’éducation reçue, la disproportion des fortunes sont autant d’éléments qui peuvent provoquer des gênes et des malentendus qui troubleront l’aisance des rapports quotidiens. Ce serait une erreur psychologique de croire que l’amour se suffit à lui-même et que les détails de la vie ne peuvent exercer sur lui aucune influence en bien ou mal.