Le divorce est donc en opposition formelle avec les lois de l’union conjugale. Le fait qu’il est accepté par la loi civile ne change en rien son caractère d’immoralité. Le législateur ne peut changer à son gré les lois morales qui doivent normalement présider aux promesses mutuelles des époux dans le mariage.