Nous abordons par là le difficile problème de chasteté conjugale, c’est-à-dire des règles morales qui doivent présider à l’union des époux.

Il suffit que nous considérions le plan de Dieu en dehors de toute idée préconçue, pour conclure que l’union des sexes a pour but principal premier la continuation de l’espèce. Encore qu’il y ait entre l’homme et la femme des éléments d’union spirituelle sur lesquels nous aurons à revenir, il ne faut pas perdre de vue que la première conséquence du don qu’ils font l’un à l’autre, non seulement de leur cœur mais de leur corps, doit être l’acceptation loyale des conséquences qui en résultent naturellement, à savoir la conception éventuelle des enfants.