Les joies de l’union conjugale sont légitimes et peuvent puissamment contribuer à entretenir la bonne harmonie des époux, mais à condition qu’elles soient conformes au plan divin, c’est-à-dire qu’elles puissent servir, si Dieu le veut, à donner la vie à des enfants. L’amour s’oriente naturellement vers le don, d’abord le don des époux l’un à l’autre, puis par ce don, celui des deux époux ensemble aux enfants qui leur seront confiés.